Le transfert a eu lieu récemment entre l’entreprise chinoise, la maîtrise d’oeuvre et le maître d’ouvrage.

Le barrage de retenue d’eau de Lom Pangar est désormais géré par le Cameroun. Diverses personnalités ont paraphé le document marquant ce transfert de propriété, de même que le procès- verbal de réception provisoire.  Parmi les signataires, Georges Gwet (directeur du projet) pour le compte de Electricity Development Corporation (EDC), Zi Chaoliang du côté de China Water and Electric Group, Anton Mitev (Coyne et Bellier/ISL) pour la maîtrise d’oeuvre, Jean Edjidji, directeur de la cellule de contrôle des marchés et autres infrastructures, au ministère des Marchés publics(Minmap).

Cette cession est le couronnement d’un travail de titans effectué par la commission interministérielle de réception, constituée des représentants du Minmap, des ministères de l’Eau et de l’Energie, de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, et des Travaux publics et de descende sur le site le 31 mai 2017. Une liste de 11 réserves est dressée, la principale étant le fonctionnement automatique des commandes du barrage et la prise en main par les Camerounais du fonctionnement du barrage. Un mois après, « toutes les réserves ont été levées. L’équipe d’exploitants d’EDC est celle qui a géré aussi le programme thermique d’urgence. Et ces jeunes gens ont été associés de la fabrication des pièces du barrage en Chine au montage des ces équipements au Cameroun », rassure Georges Gwet.

Pour les pouvoirs publics, c’est une étape importante. «Quand nous étions là le 31 mai dernier, nous avions été dérangés par le fait que c’étaient toujours les Chinois (CWE) ou les Français (de la maîtrise d’oeuvre) qui étaient nos interlocuteurs et faisaient les démonstrations. On voulait que les présentations soient faites par des Camerounais. En ce 30 juin 2017, nous affirmons que toutes les réserves ont été levées. Nous avons assisté à toutes les démonstrations qui étaient menées par des Camerounais. Dans ces conditions, la réception provisoire peut avoir lieu. Tout le monde est satisfait. Ce n’était pas évident. EDC avait lancé depuis longtemps le programme de formation. Beaucoup de ses ingénieurs étaient en formation. Cela fait pratiquement deux ans qu’ils se forment», a commenté Jean Edjidji, Directeur de la cellule de contrôle des marchés et autres infrastructures, au ministère des Marchés publics.

Félicitations adressées aussi à l’équipe d’Achille Kevin Djienguoué d’EDC. Leur maîtrise a fini par rassurer les différentes parties que le transfert de compétence entre l’équipe chinoise et l’équipe camerounaise est effective.

Martial Mbembe

 

admin

leave a comment