Le Cameroun s’ouvre aux investisseurs – La 2e édition du Cameroon Investment Forum (CIF)

Le Cameroun s’ouvre aux investisseurs – La 2e édition du Cameroon Investment Forum (CIF)

C’était à la maison du parti à Bonanjo, site de l’événement.

Cette deuxième édition se tient en partenariat avec les ministères en charge de l’industrie et de l’économie. Il s’agit d’un cadre de concertation et de réflexion de haut niveau, permettant de connecter entre eux les entrepreneurs et les porteurs de projets industriels. Mais la grande innovation cette année est le marché de l’investissement, avec la présence des partenaires techniques et financiers d’envergure. Selon les organisateurs, le CIF 2017 offrira aux invités et aux participants une plate-forme adéquate de mise en réseau ainsi que des possibilités d’établir ou de consolider des contacts personnels et professionnels.

En outre, il a donné l’occasion de découvrir des options industrielles du gouvernement, énoncées dans le plan de développement industriel du pays et des opportunités d’investissement qui y sont rattachées. Dans un contexte de nécessaire revitalisation de l’intégration régionale et d’ouverture progressive du marché national, l’API compte tirer le plus grand profit des opportunités offertes par cette nouvelle donne pour revisiter les conditions d’amélioration du cadre d’investissement en Afrique centrale en général et au Cameroun en particulier, tout en étant conscient de ce que l’industrialisation requiert la mobilisation d’importantes ressources dont ne dispose à l’heure actuelle ni l’Etat du Cameroun, ni le secteur privé national. D’où l’impérieuse nécessité de mettre en place les meilleures conditions possibles pour favoriser et faciliter l’importation des capitaux dans le pays. 3000 milliards de F d’investissements sont projetés, suite à la signature de 134 conventions entre l’Agence de promotion des investissements (Api) et des entreprises privées.

Et quelque 47.000 emplois probables, toujours dans le cadre des dites conventions. Selon le directeur général de l’Api, ces résultats ont été enregistrés depuis la tenue du premier Cameroon Investment Forum (Cif), organisé en novembre 2015 à Douala. Marthe Angeline Minja les a présentés le 9 novembre, à l’ouverture de la deuxième édition du Cif, qui charrie beaucoup d’espoirs, dans le sillage du forum précédent. Le thème pour 2017 donne d’ailleurs de claires indications, quant aux buts poursuivis : « Mise en relation des porteurs de projets et des partenaires techniques et financiers pour la promotion de l’industrie locale et l’attraction des investissements ». L’industrie, voilà le coeur du projet. Le sillon sur lequel semer les graines du développement, de la croissance économique. A cet effet, le ministre de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique, qui a ouvert le forum au nom du Premier ministre, a présenté aux investisseurs, opérateurs économiques et autres acteurs présents, le Plan directeur d’industrialisation (Pdi) du Cameroun. « La solution à la structuration de la stratégie globale de développement » du pays, a expliqué Ernest Gwaboubou.

Ou encore, « la boussole de l’action du gouvernement en matière de développement industriel ». Le défi qu’il permettra de relever, de manière générale, sera d’accroître le niveau de transformation des matières premières. Mais de façon plus concrète, les domaines dans lesquels miser pour l’avenir au Cameroun sont l’agro-industrie, l’énergie et le numérique. Le ministre Gwaboubou a présenté un échantillon de filières y relatives : forêt-bois, textile- coton-cuir et confection, hydrocarbures et raffinage, mines, métallurgie et sidérurgie. En s’adossant toujours sur le Pdi, il est question de s’engager dans une politique volontariste de formation professionnelle des métiers techniques et technologiques, permettre au Cameroun de rayonner davantage à l’international, et atteindre un des buts fixés par le président de la République et que le Minmidt a rappelé : « Faire du Cameroun l’usine de la nouvelle Afrique industrielle ». Deux autres membres du gouvernement présents ont présenté des opportunités d’investissement dans leurs secteurs respectifs, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Henri Eyebe Ayissi, et celui de l’Habitat et du Développement urbain, Jean-Claude Mbwentchou.

Martial Mbembé

 

admin

leave a comment